Odépart, le blog

RSS

Choisissez Odépart, savourez l'arrivée

Odépart
28
sept

Guide complet d’un voyage au Maroc

Partir au Maroc

Le Maroc est un pays magnifique, rempli de palais somptueux et de jardins luxuriants ou se mêle mystère et fantaisie.
Pour bien visiter le Maroc il faut vraiment en faire le tour, après avoir prix un billet d'avion Paris Marrakech qui durera un peu plus de 3 heures, vous voila au coeur de la situation.

Drapeau-Maroc

Marrakech est forcément la ville a ne pas louper et vous avez une tonne de choses a faire :

Dans l'ordre, vous avez la place Jemaa-el-Fna qui est magnifique, vous pouvez vous restaurer sur la place. Puis direction les souks et la médina.
Après avoir pris vos quartiers, vous pouvez partir en excursion pour quelques jours vers Ouarzazate pour visiter le désert et faire un peu de Sunboard !

Au détour de chaque marché, vous trouverez des restaurants et des petites cabanes ou vous mangerez les plats traditionnels.

Marrakech : choisir un riad

Certains d'entre vous se sont peut-être perdus dans la recherche d'un riad, voire se sont retrouvés dans une maison dont la qualité de l'hôte reste à démontrer !

En effet, l'offre pullule sur Internet, le nombre de riads est impressionnant dans la capitale et les sites Internet qui en font la promotion se ressemblent tous plus ou moins.

Dar Hanane, Marrakech, Morocco

Par conséquent, on a vite fait d'opter inconsciemment pour un riad au marché noir, plutôt que ceux qui font l'objet d'une déclaration officielle et d'un classement permettant dors-et-déjà de se faire une idée sur la qualité et la nature des prestations disponibles.

Le riad est donc une maison en ville, avec de grandes pièces aux murs épais et aux fenêtres étroites (grâce auxquels il y fait bon vivre) et qui entoure une cour intérieure.

Généralement, l'habitat ne fait pas plus de trois étages et dispose d'une terrasse, certains offriront même une pièce réservée au massage ou au hammam. Le patio, abri fleuri et agréablement ombragé, est un lieu calme assuré par le clapotis reposant des fontaines.

Le classement des riads influent surtout sur la taille des chambres (de 12 à plus de 20 mètres carrés) et leur confort. Le plan du riad doit vous être accessible, permettant de vérifier l'agencement des pièces : le fait que les logements encadrent la cour centrale entraîne des espaces plus longs que larges. Les riads qui veulent gagner de la place et offrir un plus grand nombre de chambres vous proposeront par conséquent des espaces beaucoup plus étroits et étouffants.

Autres points à vérifier : les riads officiels font parfois l'objet d'inscription sur quelques panneaux signalétiques. Le téléphone, la climatisation et le parking sont obligatoires. La télévision et le mini-bar sont des conditions sine qua non pour un bon classement, tout comme l'accueil avec une bonne tasse de thé !

Finalement, on ne serait trop vous conseiller de vous appuyer sur les conseils de vos amis ou les commentaires postés sur les forums pour effectuer votre choix.

N'hésitez pas à contacter le riad pour obtenir toutes les informations nécessaires, parmi lesquelles une description exhaustive de l'établissement pour s'assurer un bon séjour ou de consulter un guide de voyages du Maroc pour obtenir plus de renseignements.

Merzouga, le village du désert

Les dunes de l'erg Chebbi culminent aux alentours de Merzouga, comme d'immenses vagues de sable qui semblent en suspens à l'approche des habitations. Le village, de plus en plus touristique, caresse le Sahara et s'endort sous les plus beaux couchers de soleil de la région de Meknès-Tafilalet.

Merzouga

C'est l'endroit idéal pour une randonnée chamelière qui vous engouffre dans cet océan paisible où l'on se sent infiniment plus petit, dans un silence des plus apaisants. Armé de nos gourdes et de nos crèmes solaires, vêtus de chapeau et arborant nos plus belles paires de lunette de soleil polarisée, nous avons suivi notre guide, un berbère aussi calme que son désert, qui nous a conseillé de marcher dans ses pas pour progresser plus aisément à travers les dunes.

C'est au sommet de l'une d'entre elle qu'il a enlevé son foulard, le cheich, qu'il a déplié avant de nous faire nous y asseoir par deux, et voilà qu'il nous tire pour une descente en luge sur la mer de sable ! Au loin, le bourdonnement à peine perceptible des quads nous apportent la nouvelle que d'autres adeptes de la glissade s'éclatent également !

Une fois le bivouac installé et les chameaux chouchoutés, chacun prend place auprès du guide qui raconte des légendes faisant intervenir la déesse de la pluie, faisant ainsi grandir un peu plus encore les yeux des enfants ! Au retour, histoire de fusionner davantage avec le Sahara, on s'essaye à l'arénothérapie, où comme sur les plages, on s'enterre jusqu'à la tête dans le sable chaud pendant quelques minutes. On en sort détendu et, paraît-il, débarrassé de nos toxines !

Les gorges du Dadès

En plein cœur du Maroc, la région est à conseiller à tous les adeptes des vues infinies sur des paysages aussi magnifiques qu'inhabituels. Sur les étroites routes qui serpentent à travers le grès et le calcaire, les croisements entre notre bus et d'autres bus devenaient des scènes d'une tension palpable !

Le vertige ne s'améliore pas avec la vue, en contrebas, des eaux de la rivière Dadès, que les gorges longent et protègent. Le paysage, au printemps, est sublime, avec ses arbres en fleur, douces touches de vert dans cette immense sculpture aux tons rouges.

Dadès

Quelques arrêts nous font profiter de panoramas pittoresques sur des oasis et des kasbahs, citadelles taillées dans la roche. Incontournable, les Doigts de singes, paysage rocailleux dont les formes lui ont donné cet amusant surnom, qui s'ajoute à celui de Cerveur de l'Atlas.

Le dernier arrêt nous penche sur Tissadrine, un ravin gigantesque que nous avons progressivement descendu pour rejoindre M'semrir, village berbère des plus accueillants et point de ralliement pour les nomades des régions environnantes qui viennent y vendre chèvres et moutons.

Détroit de Gibraltar : plongée dans les récifs

On recommande évidemment plus aisément les coraux d'Océanie, mais la plongée sur les côtes marocaines peuvent offrir des vues surprenantes et une faune exceptionnelle : le malicieux dauphin, l'inquiétante murène, l'impressionnant barracuda, ou autres congres, dorades, mérous, etc.

Gibraltar

Sa réputation est peut-être entachée par le faible nombre de sites de plongée ainsi que par la force des courants dans certains d'entre eux, qui les réservent à des professionnels. Pourtant, des associations permettent par exemple de vivre chez des pêcheurs au plus près des plus beaux sites et d'être formé au sein des centres de plongée Terre Azur le temps d'un séjour.

Parmi les sites d'exception, le détroit de Gibraltar, de par sa situation originale séparant l'océan Atlantique de la mer Méditerranée et l'Europe de l'Afrique, offre des conditions spéciales qui permettent d'y observer une faune et une flore aux couleurs époustouflantes. En effet, de véritables champs sous-marins de corail, de gorgones et d'éponges mêlent le bleu, le rose et le blanc dans des récifs profondément sublimes.

La nourriture apportée par la marée atlantique dans la Méditerranée en fait un endroit de choix non seulement pour les mammifères qui viennent s'y nourrir (parmi lesquels des orques et des baleines), et par conséquent pour les pêcheurs qui y font le plein ! On peut d'ailleurs observer l'étendue des espèces de poissons de ce lieu unique qui sont vendus à la criée, sur le port de Tanger.

Gorges du Todra, haut lieu de l'escalade au Maroc

Avec un climat propice, des contrastes et paysages sublimes, le Royaume du Maroc est une destination prisée des amateurs de sensation et de sports en tous genres. Parmi les activités en plein essor, l’escalade tient une place de choix. Les sites majeurs se situent pour la plupart dans la chaine du Haut Atlas.

Todra

Des passionnés du monde entier y viennent régulièrement s’adonner à leur passion et découvrir des secteurs inédits pour y ouvrir de nouvelles voies d'escalade au Maroc. Du débutant au grimpeur confirmé il y en a pour tous les niveaux et chaque attente, à porté de voiture ou au bout de longs sentiers reculés.

Les gorges du Todra, vers Tinghir, est certainement un des sites le plus reconnu d’entre eux. Certes très touristique, ce spot dispose de plus de 350 voies aux degrés de difficultés variés, allant du niveau 4a à 8. Ces hautes falaises hautes de 300 mètres aux points culminants sont d’une roche calcaire ocre particulièrement appréciée des escaladeurs pour sa bonne adhérence. Autour, la palmeraie du Todra se prête à de très belles promenades ainsi que les nombreux petits sentiers qui gravissent cette partie du Haut Atlas.

En remontant plus haut, le village d’Amellago est la base idéale pour s’attaquer aux roches et falaises des gorges d’Imiter. Ce site, moins envahi par les touristes que les gorges du Todra, est particulièrement apprécié pour le calme qui y règne. Le gîte du village est le lieu de rendez-vous pour qui veut découvrir la région et pratiquer la varappe. Mimoun, le responsable du gîte vous donnera toutes les informations nécessaires sur les environs et pourra vous accompagner pour vos cessions de grimpe, étant lui-même un grimpeur chevronné. Tout le matériel nécessaire est à disposition sur place.

Moins exploré que les deux précédents sites, car accessible uniquement après quelques heures de marche, le cirque de Taghia satisfera les amateurs de nature sauvage et d’authenticité.

Pour obtenir plus d'informations sur l'escalade au Maroc, rendez vous sur le site de la Fédération Royale Marocaine de Ski et de Montagne.

Merzouga et les dunes de l’erg Chebbi

Au cœur de la région du Tafilalet, Merzouga doit sa renommée à ces fameuses dunes d’un sable doré s’élevant jusqu'à près de 150 m de hauteur pour certaines. Une atmosphère saharienne rythme la vie dans le centre de charmant village situé au pied de l’erg Chebbi. Merzouga, c'est avant tout une large voie non bitumée où se tiennent cafés, restaurants et magasins de souvenirs.

Grâce au désert, le tourisme s’est particulièrement développé pour devenir l’activité principale de Merzouga. Le village propose de nombreuses possibilités d’organisation promenades à dos de dromadaire dans les dunes afin d’assister aux levers et couchers du soleil, de passer la nuit dans un campement au cœur du désert sous un ciel étoilé. Il y est également possible d'opter pour certaines escapades plus mécaniques autour des dunes en 4X4, quads et buggy dans un désert de pierres noires, un reg, qui entoure l’erg Chebbi.

Aux alentours les explorations sont nombreuses dans le désert rocailleux, le lac Dayet Srij sert de point de chute, de novembre à juin, aux Flamands roses lors de leurs migrations, plus au sud le petit village de Khamlia, de quelques dizaines d’habitants, comprend la formation de musiciens Gnaoua « Zaïd et les pigeons du sable » se faisant un plaisir de vous accueillir autour d’un thé et en musique au sein de leur espace commun, un petit peu plus loin, proche du village de Taouz, se révèlent les gravures rupestres dont la datation remonte à environ 1 500 – 2 000 ans av. J-C.

Pas moins de 350 ksour, villages fortifiés typiques d’Afrique du Nord, parsèment la région du Tafilalet, témoins de l’histoire mouvementée du royaume. Ces curiosités nous invitent à la découverte de cette région du Sud marocain où durant l’été, lorsque la chaleur est à son zénith, les bains de sable proposés sous le contrôle d’un infirmier participent à l’évacuation de graisses et toxines contribuant ainsi à la prévention notre santé.

Trouver un hôtel à Merzouga correspondant à ses goûts et son budget est chose assez facile. Le village et ses environs proposent désormais de nombreuses possibilités d'hébergement en bivouacs, campings, maisons d'hôtes et en hôtels de toutes catégories.

Skoura : Kasbahs et palmeraie

Skoura

Situé à une quarantaine de kilomètres à l'est de Ouarzazate, la petit bourgade de Skoura est connue pour sa palmeraie parsemée de nombreuses kasbah.

La plus ancienne, bâtie au XIIème siècle est la kasbah Hamerhidil. Cette kasbah a la particularité d'être en très bon état, toujours habitée par les descendants de ses fondateurs, la famille Nassiri. Un petit musée expliquant le travail de la palmeraie y est d'ailleurs installé.

Quant à la kasbah Aït Abbou, qui n'est pas à confondre avec le Ksar Aït ben Haddou classé au patrimoine mondial de l'humanité, c'est la plus haute avec ses tours culminant à 26 mètres de hauteur.

Malgré la rude sécheresse qui sévit dans le sud marocain depuis plusieurs années, la palmeraie reste toujours irriguée par de nombreux réseaux de canaux. On y trouve surtout de nombreux arbres fruitiers ainsi que des cultures fourragères saisonnières plantée à l'ombre de leurs pieds.

Quant à l'artisanat local, il est toujours en activité grâce à ses vanniers et potiers fabriquant des jarres, tagines et autres ustensiles en terre cuite. Une palmeraie où perdurent les traditions ancestrales qui font son charme.

Les richesses historiques et environnementales font de Skoura une étape de choix pour les personnes en quête de la découverte d'un Maroc authentique. Le village propose de belles opportunités d'hébergement chez l'habitant ou dans des structures au confort international. Plutôt que de choisir un séjour en hôtel à Skoura, nous vous conseillons de réserver dans une de ses kasbahs transformée en chambre d'hôtes.

Mots clés: , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.